Les planètes vivables

Régulièrement, les journaux grand public titrent que la NASA a découvert la planète X 28 ou beta 43. Difficile de s’y retrouver pour un lecteur lambda, pas particulièrement calé en astrophysique, mais curieux de savoir ce qui se passe au dessus de sa tête. Pourquoi tant d’enthousiasme autour de ces découvertes ? La communauté scientifique y aurait-elle trouvé la vie extraterrestre ? D’ailleurs, quelles sont les conditions pour que la vie se développe à la surface d’une planète ?

planète fantastique Les planètes vivables

La sonde Kepler, télescope spatial lancé en mars 2009 par la NASA, a pour travail de détecter les petites planètes voyageant en orbite autour des étoiles de la voie lactée. A ce jour, plus de 2000 planètes ont été découvertes par Kepler, nommées en son honneur. Ne vous méprenez cependant pas ! 2000 planètes révélées ne correspondent pas à 2000 planètes habitables. Plusieurs conditions nécessaires à la vie sont requises, en voici une liste non exhaustive.

La condition sinequanone est l’existence d’une étoile créant chaleur et couche d’ozone protectrices. De plus, sa luminosité ne doit pas être soumise à des variations importantes. Son axe orbital doit être stable et le mouvement autour de son axe de rotation doit, lui aussi, respecter certains critères précis : observer des cycles jour/nuit réguliers, profiter de saisons modérées. A ce jour, on sait que les planètes sur lesquelles se développerait la vie sont des planètes telluriques, planète composée de métaux et de roches et construite de trois couches : noyau, manteau et croûte. Enfin, l’eau est le dernier élément essentiel à la vie sur une planète. Ainsi, « seulement » quatre de ces planètes sont éligibles ! (cf : http://www.researchgate.net/publication/1753365_On_the_potential_of_extrasolar_planet_transit_surveys le lien « view »)

la terre Les planètes vivables

D’autres scientifiques sont allés plus loin, l’idée principale est la suivante : serait-il possible que la vie se développe grâce à d’autres conditions ? Pensons par exemple aux naines rouges, étoiles représentant 70 à 90% des étoiles de notre galaxie. Jusqu’alors considérées comme inintéressantes dans la course à la planète habitable, des études récentes tendent à prouver le contraire. Elles sont beaucoup plus petites que les étoiles dites classiques et émettent en conséquence beaucoup moins de lumière. Pour qu’une planète voisine à une naine rouge soit habitable, il faudrait qu’elle se trouve à proximité de l’étoile mais qu’elle ai une atmosphère suffisamment épaisse pour se protéger des rayons nocifs. Caractérisée par une rotation synchrone (exemple : la Lune et la Terre), la planète aurait toujours la même face face à la naine rouge. Afin de réchauffer la face plongée dans l’ombre, il faudrait que l’atmosphère autour de la planète excède de 15% l’épaisseur de l’atmosphère de la Terre.

L’espoir est permis. L’apparition de la vie sur la Terre est le résultat d’une adéquation de conditions qui semble tout aussi improbable. Peut-être allons-nous faire la connaissance de nos voisins extraterrestres sous peu…

Découvrir d'autres technologies innovantes :

  1. Des nouvelles de Curiosity
  2. Ces étudiants qui réalisent des miracles…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Why ask?