L’arrêt d’imagination de la société actuelle ? A quoi rêvent les scénaristes de science-fiction ?

L’arrêt d’imagination de la société actuelle ? A quoi rêvent les scénaristes de science-fiction ?

La SF en panne d’idées ?…

Spontanément vous allez me dire que non, il n’y a qu’à voir les sorties cinéma prévues en 2013, la quantité de romans, nouvelles ou BD, les festivals SF qui fleurissent partout… Et pourtant, même moi qui suis un passionné, qui ne rate aucune sortie, j’ai l’impression qu’il n’y rien de nouveau sur le fond.

Tron Legacy

Tron Legacy, hommage vibrant… au manque d’inspiration ?

Sans remonter jusqu’aux années 50 – quoique mes auteurs favoris sont de ce temps-là !- à part la décennie 80/90 qui a soufflé un vent de renouveau esthétique sur la SF, je ne vois plus rien de vraiment original. Le cyberpunk avait pas mal d’attraits, son côté contestataire et fataliste, sa vison crue d’un avenir ou l’humanité fonce droit dans le mur et, son parti pris esthétique, tout ça hérité de Bradbury, Dick ou même Orwell, avait le mérite de présenter les idées d’une manière nouvelle, séduisante dans son côté apocalyptique.
Bref, on s’est régalés avec Blade Runner ou Tron

Blade Runner

La belle époque

Presque en même temps, un nouveau genre émerge, la SF « uchronique », à l’époque on parle de style rétro-futuriste dans les arts plastiques et la BD, ou de Steampunk pour la littérature. Le « futur à vapeur » ce n’était pourtant rien de plus, que remettre au goût du jour les anachronismes de Jules Verne ou de H.G.Wells… Encore une fois, c’est l’aspect esthétique qui change, le design industriel Belle Epoque qui prend le dessus, mais quoi de neuf sur le fond ?
Là aussi on a vu sortir des petites merveilles : Dune, Delicatessen ou encore, La foire aux immortels de Bilal…

« No future ? Future is now ! » C’est le fameux jeu de mots de Plisten, il y a presque… 30 ans ! Je le trouve sacrément actuel, parce qu’il répond à un sacré paradoxe quand on y songe. Personnellement, je ne vois rien d’original ou d’inédit se profiler en 2013. Alors que la physique quantique ouvre des perspectives inouïes, de celles qu’on n’avait pas imaginées jusqu’ici, on dirait que personne n’en tire parti. L’insondable de la matière noire, la théorie des cordes, la distorsion espace, c’est vraiment du neuf pourtant…

Le constat 2013, rien que pour le ciné, beaucoup de sorties très attendues : Oblivion, After Earth et Star Trek into Darkness, trois affiches avec le même parti pris : un homme seul, vu de dos, face à son destin… Quelle originalité !

SF 2013 movies

Ha, si ! Le terme Uchronie est ressorti des cartons, la réécriture de l’histoire reprend ses lettres de noblesse, et une majuscule au passage…. Ça me laisse comme un goût de « remâché »…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?