La brosse à dents se modernise avec Kolibree

La brosse à dents se modernise avec Kolibree

Les civilisations sont faites pour évoluer et se moderniser, la nôtre est en train de vivre un grand changement mais tout en douceur. En effet, les smartphones et les applications changent nos vies sans qu’on ne s’en rende réellement compte. Par exemple, les drones étaient réservés à l’armée, et aujourd’hui, il est possible d’en contrôler un avec son smartphone. Certes plus petit mais tout aussi amusant. La technologie repousse les limites et tout devient connecté. En ce moment, le produit connecté phare est la montre reliée en permanence à son smartphone, sur laquelle on peut lire ses messages, recevoir des appels ou encore surveiller les calories que l’on brûle. Je n’ai plus qu’à attendre une date de commercialisation, et je pourrai ainsi passer une petite commande chez Priceminister pour réduire la facture.

koli

Maintenant, c’est au tour de la brosse à dents de devenir connectée. Les deux français visionnaires fondateurs de l’entreprise Kolibree ont imaginé une brosse à dents électrique connectée à son smartphone. Ils l’ont nommée Plover. Elle est composée de capteurs qui permettent d’enregistrer des données sur le smartphone afin de contrôler la qualité du brossage. Une délivrance pour les parents qui n’ont plus besoin de vérifier si la brosse à dents est humide, pour savoir si leurs enfants prennent soin de leurs dents. Maintenant ils n’ont plus qu’à ouvrir leur application et vérifier en quelques secondes. Cette brosse à dents va faciliter la vie de beaucoup de personnes selon moi. En effet, je pense que les personnes qui se soucient de leur hygiène buccale vont apprécier de savoir si leur brossage a été adéquat, si des dents ont besoin de plus d’attention que d’autres et de surveiller la pression du brossage afin d’éviter d’abîmer les gencives. La Science-Fiction ne fait pas de mal, qu’en pensez-vous ?

koli2

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?